Critique Musiczine:

 

" Issu de la Cité des 5 Clochers, Mingawash est né en 2012. Un sextuor réunissant Martin et Clément au chant, le bassiste Denis, les guitaristes Quentin et Max ainsi que le drummer Théo. Sans oublier Xing Hui, le panda qui s'est évadé de Pairi Daiza, venu foutre le souk aussi bien sur les planches que dans la fosse. L'un des deux chanteurs se prend pour Angus Young. Il a enfilé des culottes courtes, porte une cravate et trimbale une mallette de pc portable. A plusieurs reprises, le combo demande à l’auditoire, un peu mou du genou, de s’approcher du podium. Invitation qu’il exécute timidement.

 

Les lyrics sont exprimés dans la langue de Voltaire et ne manquent pas d’humour. A prendre au second degré, bien sûr. La bonne humeur est de rigueur. Les musicos déménagent littéralement sur l’estrade. Dans le public s’amorcent quelques petits ‘round circles’. Le panda se décarcasse tellement pour mettre l’ambiance, qu’il en attrape des bouffées de chaleur et se retrouve en slip… Carrée, l’expression sonore oscille du hardcore au metalcore et peut s’appuyer sur une section rythmique particulièrement solide. De la setlist, j’épinglerai « Choco-Jeanne », « Fish Boy », « Polygame », « Infection Cérébrale », « Chope Ton Biker » et en apothéose, « Mingawash », titre qui a donné le patronyme au groupe. Bref, une chouette découverte qu’il faudrait suivre du coin de l’œil… Et le public d’affluer dans l’auditoire, au fil du set…"

 

Extrait du comptre-rendu de la finale d'Emergenza :

 

" Ce n’est pas Mingawash qui va démentir : La vraie poutre de la soirée, c’est eux.

Un show rock/metal maîtrisé, une troupe parfaitement tenue par les deux chanteurs/screamer, et une scénographie à ne plus savoir où poser son regard sur la large scène de l’Orangerie. On connaissait leur panda, on savait qu’il finirait en couche, mais le groupe a su surprendre un peu plus son public avec la présence de deux « pandanettes » pour encore rajouter du contenu à ce bordel organisé. A noter la belle prestation de leur bassiste : un style et une rigueur technique qui lui permettra de repartir avec le combo Eden du meilleur bassiste."